.

Le présent

Je dédie ce texte à ma fille, 
une maman extraordinaire.

C'est par une chaude journée d'été que les dieux le lui offrirent.  Elle trembla d'émotion lorsqu'elle le vit, si fragile.  Les dieux lui confiaient un présent tout à fait particulier, un présent qui, un jour, appartiendrait à la terre entière.  D'ici là, lui demandèrent les dieux, elle devait en prendre soin et le protéger.  Elle répondit qu'elle avait compris et le ramena respectueusement chez elle, résolue d'être à la hauteur de la confiance que les dieux lui avaient manifestée.
Au début, elle ne le quitta pratiquement jamais des yeux, le protégeait de tout ce qui aurait pu nuire à son bien-être.  Lorsqu'il commença à s'éloigner du cocon protecteur qu'elle avait érigé autour de lui, elle le surveilla, le coeur rongé d'inquiétude.  Cependant, elle prit bientôt conscience qu'elle ne pouvait pas le garder indéfiniment à l'abri.  Il fallait qu'il apprenne à affronter la dure réalité pour devenir plus fort.  Avec précaution, elle lui donna donc l'espace dont il avait besoin pour grandir en toute liberté.
Un jour, elle se rendit compte à quel point le présent avait changé.  Il ne donnait plus cette impression de vulnérabilité.  Maintenant, l'aplomb et la solidité semblaient émaner de lui, comme si une force commençait à l'habiter.  Mois après mois, elle le regarda grandir en force et en puissance, et sa promesse lui revint alors à l'esprit.  Dans son coeur, elle sentit que se rapprochait le moment où elle allait devoir s'en séparer.
Inévitablement, le jour arriva où les dieux vinrent reprendre le présent pour l'offrir au monde.  La femme éprouva un immense chagrin, car elle savait que la compagnie du présent lui manquerait.  Profondément reconnaissante, toutefois, elle remercia les dieux de lui avoir donné le privilège de veiller sur lui pendant si longtemps.  Elle releva fièrement la tête car il y avait là un présent véritablement unique, un présent qui allait participer à la beauté et à l'essence même du monde autour de lui.  Dès lors, la mère laissa partir son enfant.
Renée R. Vroman
.
.
Retour au sommaire des textes

 







Accueil