Jasette à Notre-Dame

Jean Narrache (Émile Coderre)


 


 

J'sais ben qu'ma toilette est pas belle
J'ai pas l'temps d'aller m'rhabiller
Excusez ! J'rentre dans votr' chapelle
Tout en m'en r'venant d'travailler.

Me semble que votr' visage se penche
Comme pour sourire à tous les gueux
Bonne Sainte Vierge en robe blanche
Aux bras tendus sous votr' châle bleu.

J'voudrais vous dire ma r'connaissance
Pour tout ce que j'vous dois d'bienfaits
J'jargonne si mal que, quand j'y pense,
Ça m'rabat tout d'suite le caquet.

Pour être capable d'vous faire comprendre
Tout c'que mon pauvre coeur voudrait
J'peux pas trouver les mots bien tendres
Les mots en or que ça prendrait.

Pourtant, quand j'veux faire une jasette
À St-Joseph ou Notr'-Seigneur
C'est curieux comme j'ai d'la parlette
Ça marche tout seul, puis à plein coeur.

Ça s'comprend, j'leur parle d'homme à homme
Vu qu'y étaient, comme moi, ouvriers,
Quand même que j'suis pas d'la haute gomme
J'me sens à l'aise pour les prier.

Seul'ment, c'est une autr' paire de manches
Pour vous parler, ô Reine des Cieux,
M'faudrait un parler du dimanche
Vu qu'vous êtes la Mère du Bon Dieu.

Écoutez ma pauvre prière
C'est celle d'un gars la larme aux yeux
Écoutez-la, vous êtes ma mère
Vous, Notre-Dame des Malchanceux.

Ma mère d'la terre, j'l'ai pas connue
J'me souviens pas qu'elle m'ait bercé
Mais quand j'tais p'tit, vous êtes venue
Dans mes rêves pour la remplacer.

J'vaux pas grand chose, j'suis en guenilles
J'vous en prie, faut pas m'en vouloir
C'est d'même dans les meilleures familles
Y faut toujours un mouton noir.

J'suis l'mouton noir. Je suis la bête
Qui sait rien faire qu'a du bon sens
J'suis comme une espèce de poète
Pardonnez-moi, j'ai ça dans l'sang.

Oui, j'fais des vers, j'barbouille des livres
J'mourrai, comme ils disent, indigent
Mais j'm'en fous. J 'ai l'plaisir de vivre
Sans perdr' mon temps à faire d'l'argent.

Dans la vie, c'est comme ça qu'ça s'passe
Quand ben même qu'on s'dégrimonerait
On peut pas tous être "premier d'classe"
En faut à la queue, c'est pas vrai ?

Quand on est à la queue d'l'école
C'pas une place au gouvernement!
Sainte Mère ! on en r'çoit des torgnoles
Bien plus qu'on r'çoit des compliments.

Ah! les bêtises que j'ai mangées !
Ah! les coups d'pied qu'j'ai r'çus dans l'dos !
Ah! les filets d'vache enragée
Qu'j'ai avalés sans dire un mot !

J'suis malchanceux; c'est pas d'ma faute
Si j'frappe pas les bons numéros
Tandis que l'succès va aux autres
Moi j'attrape toujours les zéros.

Ah! croyez-moi, j'ai pas d'envie
Contre ceux qui sont riches avérés
Même si j'travaill'rai toute ma vie
Sans gagner d'quoi m'faire enterrer.

Ça, ça fait rien. Toutes mes souffrances
J'les accepte toujours comme mon lot
Vu que j'perds jamais l'espérance
Que j's'rai récompensé en Haut.

La misère, ça dure l'existence
Mais l'ciel dur'ra l'éternité
J'suis tellement sûr d'ma récompense
Si j'viens à bout d'la mériter.

J'vous d'mande ni succès ni richesse
Pourvu qu'ma vieille ait le confort
Puis qu'on vive ensemble not' vieillesse
Et qu'on se r'trouve après notr' mort.

Ma vieille, elle, son affaire est claire
Son ciel est gagné, c't'entendu
Moi j'sais qu'j'ai ben du ch'min à faire
Trompez-vous pas, j'suis pas rendu.

Pour moi, y'aurait pas d'ciel sans elle
- Excusez si j'ai mal parlé -
Y'a rien qu'elle qui m'rend la vie belle:
Mon bonheur, c'est là où elle est.

Mes pauvres vers, c'est des rimettes
Ah ! non, c'est pas riche comme cadeau
J'ai beau suer à m'mettre en lavette
J'sais pas l'tour d'en faire des plus beaux.

Acceptez-les ô Notre-Dame
Acceptez-les avec mon coeur
Ayez encore pitié d'mon âme
C'est tout c'que j'demande comme faveur.

J'ose pas espérer qu'en fin d'compte
Vous essuierez mon front en sueurs
Avec vot'châle bleu comme dans l'conte
Du pauvre diable qu'était jongleur !

 

 



 

 

Retour au
Sommaire des textes

 

Retour à
Le Grenier de Bibiane
 



Création graphique: Bibiane Grenier
(à partir d'une image prise sur le Net)