Dans une ruelle de Paris, errait une petite chienne sans maître, ni toit. Une charette surchargée suivie de 6 hommes avançait lentement dans un tapage étourdissant.

La petite chienne se mit à japper mais les hommes et le cheval l'ignorènt complètement. Elle décida d'escorter le convoi. Elle le fit tout le jour et lorsqu'on s'arrêta, elle passa la nuit à la belle étoile avec eux. Ce fut le début d'une grande aventure.

Le convoi se rendit à Dieppe et s'embarqua à bord d'un vaisseau en partance pour le Canada.

Après une longue traversée, ils se retrouvèrent, avec d'autres hommes et quelques femmes, dans des embarcations de fortune remontant le fleuve Saint-Laurent. À leur tête, le colonel Paul Chomedy de Maisonneuve, fondateur et premier gouverneur de Ville-Marie. Leur mission: fonder Ville-Marie (aujourd'hui appelé Montréal). Nous sommes en 1642.

Faisant fi des rigueurs de l’hiver canadien, de la forêt inhospitalière, des difficultés d’approvisionnement et de communication, M. de Maisonneuve et ses compagnons s’établirent sur l’Île de Montréal.

Dès ses premiers jours sur le sol de la Nouvelle-France, la petite chienne montra une animosité imprévue à l’endroit des Iroquois.

Monsieur de Maisonneuve et Lambert Closse son fidèle lieutenant, l'adoptèrent et la nommèrent Pilotte. On l’entraîna à dépister les Iroquois qui ne cessaient pas d’épier et de harceler Ville-Marie. Les guerriers iroquois se cachaient un peu partout autour des fortifications et abattaient, lorsqu’ils le pouvaient, un charpentier, un scieur de bois ou quelques colons  travaillant dans les champs mis en culture près des fortifications. Nuit et jour, Ville-Marie devait soutenir une guerre acharnée et incessante d’embuscades et de surprises.

Pilotte faisait sa ronde chaque jour avec d’autres chiens jusque dans la forêt et ne manquait jamais de dépister une bande d’Iroquois cachés ça et là. Douée d'un instinct sans pareil pour dépister un ennemi, elle étonnait par sa persévérance et son intelligence. Quand on entendait ses hurlements d'alerte, on s'empressait d'avertir ses maîtres.

Un jour de 1644, alors que Pilotte faisait sa ronde comme tous les matins, on l'entendit aboyer et hurler comme jamais auparavant. Les chiens qui l'accompagnaient l'imitèrent. Évidemment, on avisa M. de Maisonneuve qui à la tête de trente hommes, se dirigea vers la forêt où l'attendaient deux cents Iroquois bien embusqués. Une escarmouche s'en suivit et M. de Maisonneuve en sortit vainqueur et devint un héros.

Ainsi grâce à l'alerte donnée par la brave Pilotte, Montréal fut sauvée.

 

Adaptation d'un texte de :
Jacques Lacourcière,
Légendes du Canada Français



Retour aux Légendes québécoises




Accueil