>



Corneilles

La corneille au bec

et

aux pattes jaunes

ou

La corneille vaniteuse


Conte de Louis Laplante
Divider

Tout récemment, j'ai pu observer une colonie de corneilles tout près de la région de Montréal sur la Rive-Sud, près de la frontière américaine. La centaine d'individus avait établi son dortoir , c'est ainsi que l'on appelle les regroupements de corneilles, dans un petit boisé de grands érables et de pruches énormes. Les dortoirs, comme l'indiquent leurs noms sont surtout des rassemblements de corneilles qui se regroupent le soir et ainsi établissent leurs quartiers de nuit. Les dortoirs voisinent souvent les villages et les villes qui sont devenus la source première d'alimentation de ces oiseaux chapardeurs et opportunistes. Les dortoirs ont la réputation bien méritée d'être très bruyants à cause des cris de la multitude d'oiseaux qu'ils peuvent regrouper. Le dortoir dont il est question, était gouverné par une vieille femelle sagace et prudente. Un jour, quelle ne fut pas sa surprise de voir parmi ses sujets une nouvelle arrivante au bec et aux pattes jaunes très voyants. Les corneilles ont de fait des becs et des pattes noirs qui n'attirent pas l'attention et les rendent anonymes .

- Eh! Qui es-tu toi la nouvelle?

- Je m'appelle Cosan, madame.

- D'où viens-tu avec ton bec et tes pattes jaunes?

- Je viens de loin madame. Je suis originaire du centre de l'Afrique. Mon père était un sansonnet du Maroc et lors d'un voyage, il rencontra une femelle calao . Je suis le résultat de leur rencontre. Je suis noire comme mon père mais j'ai la couleur du bec et des pattes de ma mère. Je me suis égarée lors d'un voyage vers l'Espagne. Une tempête m'a entrainée jusqu'ici malgré moi. Quand j'ai vu ces oiseaux qui me ressemblent un peu, je les ai suivis et me voilà! Voulez-vous m'accueillir dans votre groupe?

Comme cela était fort bien tourné, la vieille ne s'attarda pas sur l'invraisemblance de l'histoire de la nouvelle arrivante. Elle lui dit:

- Joins-toi à nous. Trouve-toi un bon perchoir et passe la nuit avec nous et tout le temps que tu voudras par la suite.

À beau mentir qui vient de loin! Mais la nouvelle apportait le malheur à sa colonie d'adoption. En effet beaucoup d'autres personnes avaient remarqué l'arrivée de Cosan, dont les fils du fermier voisin. Ils prirent leurs fusils et s'approchèrent du dortoir. Le guetteur en poste sonna l'alarme:

- Coa, Coa, Coa !

Mais la nouvelle ne connaissait pas la signification de cet appel. Alors que toutes les corneilles s'envolaient à tire d'ailes pour fuir le danger, Cosan resta bien tranquille et confortable sur la plus haute branche d'un grand érable à sucre. On ne pouvait pas l'ignorer, elle était tellement facile à voir contre le ciel bleu de l'après-midi, avec son bec et ses pattes jaunes. Le plus vieux des fils épaula soigneusement son fusil et PAN, le coup de feu résonna dans le bois répercuté par l'écho. La nouvelle arrivante, touchée mortellement déboula dans les branches de son arbre et tomba sur le sol avec un FLOC assourdi.

Ainsi mourut Cosan la prétendue fille d'un sansonnet du Maroc et d'un calao d'Afrique. Un oiseau ne peut être le produit de deux espèces aussi différentes. Cosan n'était qu'une mutation apparue au hasard parmi les enfants d'un couple de corneilles communes. Certaines mutations peuvent représenter un avantage et survivent. D'autres, comme c'est le cas ici, n'ont aucun avantage et se terminent par la mort des mutants.