D'un point à l'autre du globe, l'oeuf est le symbole d'une nouvelle vie.  Offrir des oeufs à Pâques ou pour célébrer l'arrivée du printemps, est une tradition installée depuis des centaines d'années. Et, c'est aussi une coutume vieille comme le monde de décorer des oeufs pour les offrir ou célébrer une fête.



On raconte même qu'en France, à la cour royale, du XVIe siècle, jusqu'à la révolution qui y mit un terme, l'oeuf était l'apanage de la cour et de la noblesse.  L'oeuf le plus gros du royaume qui était pondu pendant la Semaine Sainte, revenait de droit au roi. Louis XIV faisait bénir solennellement le jour de Pâques de grandes corbeilles d'oeufs dorés qu'il remettait en cérémonie à ses proches.

En Russie, le paroxysme «pascal» sera atteint par la réalisation du très célèbre bijoutier Fabergé.  Le tsar Alexandre III lui commanda un oeuf de Pâques.  L'oeuf en or émaillé de blanc contenait une poule miniature. Il réalisa quarante quatre oeufs pour le tsar et son fils Nicolas II.

Dans la Chine ancienne, des oeufs décorés étaient offerts pour la consommation par les seigneurs charitables.

Dans l'Église orthodoxe grecque, des oeufs rouges sont distribués le jour de Pâques pour commémorer la Résurrection du Christ.

À Mexico, on célèbre la nouvelle année avec des oeufs peints remplis de confettis.

En Ukraine, en Pologne et dans plusieurs autres pays de l'Europe de l'Est, on peint et on décore les oeufs de Pâques.  Dans ces pays la décoration des oeufs est considérée comme un art.  On dessine d'abord sur les oeufs avec de la cire d'abeille. Puis on les trempe dans une teinture de couleur vive.  La teinture colore la partie de l'oeuf qui n'est pas recouverte par la cire.  En Pologne, par exemple, les oeufs sont décorés de lignes entrecroisées, de dessins en forme de pois, de plantes, de fleurs ou d'animaux.  Chaque oeuf est unique.

En A llemagne, des petits poèmes accompagnés de représentations de fleurs ou de broderies sont fréquents sur les oeufs de Pâques qu'on offre à des êtres chers.

Les enfants d'Angleterre, de Hollande et de France vont de maison en maison en quête d'oeufs de Pâques. Un peu comme nous le faisons pour des bonbons le soir de l'Halloween.

La tradition de l'oeuf de Pâques, peint et décoré, a une origine pratique.  En période de Carême, il était interdit de consommer des oeufs.  Pour les conserver et pour reconnaître les plus vieux des plus frais, on les cuisait, on les peignait.  Cette habitude est devenue une tradition, c'est maintenant pour le plaisir des yeux que l'on continue de teindre et de peindre les oeufs de Pâques.