Rencontre exceptionnelle du clergé
(15 mai 2012)

Sr Marie-Anna Gauthier PSSF

 

  Mère Léonie !
"Il y a 100 ans, son coeur avait cessé de battre, mais l'amour qu'elle a donné continue de vivre, et pour ses Petites Soeurs, et pour les prêtres qu'elle a tant vénérés."

Il y a des moment dans la vie, qui nous font jubiler de bonheur et qu'on voudrait prolonger tant sont profondes les émotions qui nous gagnent.
C'est ce que nous expérimentions en cette belle journée du 15 mai dernier, alors que sur notre invitation, nous avions l'honneur de recevoir à notre "chez-nous" au Mont Ste-Famille, notre digne Archevêque, Monseigneur Luc Cyr, ainsi que près de 80 prêtres et religieux, venus de tous les coins du diocèse.  Et cela, afin de rendre hommage à notre chère Fondatrice, à l'occasion du 100e anniversaire de son décès. Dans notre chapelle, toute illuminée et bien décorée pour la circonstance, que c'était beau de voir tous ces prêtres, vêtus de blanc, entourer l'autel pour célébrer et chanter avec nous les louanges du Seigneur:
"Que tes oeuvres sont belles, que tes oeuvres sont grandes Seigneur,
Tu nous combles de joie ! "

Invitée à prendre la parole, notre Supérieure Générale, Soeur Denise Pomerleau, avec le tact que nous lui connaissons, a remercié vivement notre bon Archevêque ainsi que, bien sûr, tous les prêtres d'être venus si nombreux.
À son tour, notre bon Archevêque nous a gratifié d'une substancielle homélie. Très positif, nous disant de garder l'espérance, malgré les nombreux défis qui se présentent à l'heure actuelle. Ce ne fut pas facile pour Mère Léonie, mais toujours sous l'inspiration de l'Esprit, elle a fondé une communauté pour la cause qui lui était chère: "le souci du bien-être matériel et spirituel du clergé".  Même si vieillissante, celle-ci vous assure de son appui par ses sacrifices et la fécondité de ses prières.
Au moment de la communion, la chorale a repris souvent le beau chant "Que tes oeuvres sont grandes, Seigneur tu nous combles de joie ! "
En se fermant les yeux, on semblait vivre un avant-goût du Paradis.

La messe terminée, escortés des religieuses, et acheminés vers le réfectoire, c'est dans une ambiance de joie et de fraternité, que nous avons dégusté ensemble les bons mets préparés par nos dévoués employés.

Chère Mère Léonie, dansez de joie là-haut, vous avez la preuve que vous n'avez pas travaillé en vain.

Gloire à toi, Seigneur !
 


 

 

Retour au
Sommaire des textes

 

Retour à
Le Grenier de Bibiane
 



Création graphique: Bibiane Grenier