par Bibiane Grenier


Récits, descriptions, entrevues, anectotes qui racontent des événements, des personnalités, des traditions, des coutumes de l'histoire du Québec.
Cette rubrique n'est pas chronologique. Ces courts textes ont pour but de vous informer succinctement, parfois avec humour mais toujours avec rigueur sur la vie de nos ancêtres.
 


Laura Secord


En lisant le titre de cette chronique vous avez tout de suite pensé à chocolats, friandises...Tout le monde chez nous connaît bien ce nom. Mais "Laura Secord" c'est plus qu'une marque de commerce. Cette dame a vraiment existé et j'espère bien que quand vous dégusterez les délicieux chocolats Laura Secord, vous vous souviendrez de l'héroïne qui leur a donné son nom. 

Ne manquez pas de lire, en archives ,  les autres pages de cette rubrique .

Bibiane


 



  L'histoire se passe en 1813. Les États-Unis sont en guerre contre les colonies anglaises du Nord. Plusieurs Canadiens établis, par exemple, en Ontario sont d'anciens colons américains venus s'établir chez nous après la Révolution américaine de 1775 parce qu'ils sont attachés à la Couronne britanique et veulent défendre leurs possessions. Ce sont les Loyalistes.

Ce jour-là, les soldats américains ont envahi la région. Ils s'installent, de gré ou de force, chez les habitants de Queenston. C'est ainsi qu'ils envahissent la maison des Secord. Ils obligent la maîtresse de maison à les nourrir et à les servir. Effrayée, Laura, dont le mari est invalide,  exécute l'ordre de ses geôliers. Laura est une excellente cuisinière et la cave de James est bien garnie. Les officiers américains font ripailles, les militaires s'empiffrent. Ils arrosent ce festin de quelques bonnes bouteilles. Mais, les conversations deviendront plus libres et le ton plus élevé. La vigilance est relâchée. Laura, qui n'est pas sotte, écoute la discussion qui fait état des plans prévus pour attaquer Fitzgibbon par surprise, détruire le quartier général et capturer le détachement. Si ce dernier ne peut réagir à temps, c'est toute la vallée du Niagara qui sera livrée aux conquérants.

Pendant que tout le monde dort, Laura échafaude des plans. C'est ainsi qu'au petit matin, elle quitte sa maison et s'engage dans la forêt. Elle se doit d'être très vigilante. Des soldats sont postés ici et là pour assurer la surveillance. Elle porte un seau à la main et fait comme si elle vaguait à ses préoccupations quotidiennes. Elle marche plusieurs heures enjambant les troncs  d'arbres, traversant les ruisseaux... La chaleur est accablante. Les moustiques, l'humidité, les ronces, les pièges tendus par les chasseurs contribuent à ralentir Laura dans sa course contre la montre. La nuit vient vite et elle entend le hurlement des loups.  Elle a peur mais rien ne viendra à bout de sa détermination. Plusieurs heures plus tard, elle traversera un sous-bois et débouchera dans une clairière pour se retrouver encerclée par des Iroquois. Malgré sa peur, elle tente de leur expliquer l'importance de sa mission. Impressionnée par son courage, ils l'accompagneront jusqu'à Fitzgibbon.

La catastrophe est évitée. Laura sera honorée à l'âge de 85 ans par le Prince de Galles, lors de sa visite au Canada. Il lui offre une somme de 100 livres en guise de remerciement.

Ce texte m'a été inspirée par le récit de Marcel Tessier dans "Marcel Tessier raconte...", les Éditions de l'homme, 2004
.

Archives

Accueil