par Bibiane Grenier


Récits, descriptions, entrevues, anectotes qui racontent des événements, des personnalités, des traditions, des coutumes de l'histoire du Québec.
Cette rubrique n'est pas chronologique. Ces courts textes ont pour but de vous informer succinctement, parfois avec humour mais toujours avec rigueur sur la vie de nos ancêtres.
 


Les devoirs d'une infirmière


Ce texte m'a été envoyé par Marie-Martine Foucault.
Trouvé dans un journal réservé aux médecins, il décrit les exigences auxquelles étaient soumises les infirmières en 1887 aux États-Unis.
Au Québec, il ne devait pas en être autrement.
Les temps ont bien changé heureusement.

Ne manquez pas de lire, en archives ,  les autres pages de cette rubrique .

Bibiane






 Une fois par jour, l'infirmière doit balayer et laver le parquet, puis épousseter les meubles des patients et le rebord des fenêtres.
Tous les jours, elle doit apporter un seau de charbon pour maintenir égale la température de la pièce.
Un bon éclairage est essentiel pour observer l'état des malades. C'est pourquoi l'infirmière doit quotidiennement remplir les lampes à kérosène, nettoyer les verres des lampes et tailler les mèches.
De plus, elle doit laver les fenêtres une fois par semaine.

Les observations de l'infirmière constituent un outil précieux pour le médecin.
L'infirmière doit tailler ses plumes avec soin: elle pourra cependant en amenuiser la pointe selon ses préférences.

À l'exception du jour du Sabbat, jour au cours duquel la direction accorde à l'infirmière de service quelques heures de repos entre 12 et 14 heures, la journée de travail commence à 7h et se termine à 20h.
Les infirmières diplômées qui sont en bons termes avec la Direction des soins infirmiers se verront accorder une soirée de congé par semaine afin de pouvoir être courtisées ou deux soirées si elles vont régulièrement à l'église.

L,infirmière doit penser à ses vieux jours et vieillir de façon à ne jamais devenir un fardeau pour la société.
C'est pourquoi elle doit économiser une bonne part de son salaire. Ainsi, une infirmière qui gagne 30$ par mois devra mettre de côté la somme de 15$.

La Direction des Soins Infirmiers aurait tout lieu de mettre en doute la valeur, l'intégrité et les intentions d'une infirmière qui fumerait, consommerait de l'alcool sous quelque forme que ce soit, irait au salon de coiffure et fréquenterait les salles de danse.

L'infirmière qui s'acquitte de ses tâches, et qui, pendant 5 ans, sert fidèlement tant ses patients que les médecins, recevra une augmentation de salaire de 50 cents par jour, pourvu que l'hôpital n'ait pas de dettes en souffrance.


Archives

Accueil