par Bibiane Grenier


Récits, descriptions, entrevues, anectotes qui racontent des événements, des personnalités, des traditions, des coutumes de l'histoire du Québec.
Cette rubrique n'est pas chronologique. Ces courts textes ont pour but de vous informer succinctement, parfois avec humour mais toujours avec rigueur sur la vie de nos ancêtres.
 


Le Frère André


L'Oratoire St-Joseph a 100 ans. Les montréalais sont familiers de l'immense Oratoire et celui-ci est devenu avec les années, un haut-lieu de pélérinage. Bon an, mal an, près de deux millions de visiteurs viennent se recueillir en ce lieu saint dédié à Saint-Joseph.
Je vous raconte la vie du Frère André, le fondateur de l'Oratoire

Ne manquez pas de lire, en archives ,  les autres pages de cette rubrique .

Bibiane


 


 On peut difficilement imaginer une plus grande distance entre ce petit homme et le lieu de culte monumental qu'il a fondé, l'Oratoire Saint-Joseph.

Né le 9 août 1845, Alfred Bessette, a une santé fragile. Sa famille vit dans une pauvreté extrême et il a à peine douze ans quand son père et sa mère meurent. Il a douze frères et soeurs qui, à la mort de leurs parents, seront dispersés. Des parents accueilleront le frêle enfant,  mais il n'aura pas d'autres choix que d'aller travailler. Sa santé fragile, son analphabétisme l'obligeront à accepter n'importe quel boulot. À 18 ans, il part pour les États-Unis, croyant comme de nombreux Canadiens-Français de l'époque, y trouver un emploi rénumérateur.

De retour au pays quelques années plus tard, il se rapprochera des hommes dédiés à Dieu. On le remarque par sa piété, son humilité. Jamais il n'aurait oser penser devenir religieux et d'ailleurs il aurait sûrement été refusé par la Communauté des Frères de Saint-Croix, si le curé de sa paroisse, l'abbé André Provençal, ne le présente à la congrégation en disant " Je vous adresse une saint ".
Une fois son noviciat terminé, il portera le nom de frère André. Comme son instruction est limitée, il devra se contenter de fonctions mineures. Il devient portier.

Le frère André voue une foi et une piété remarquables à saint Joseph. C'est son guide. Il rêve de construire un sanctuaire pour l'obscur Joseph.

Puis débutent les innombrables guérisons miraculeuses faites en frottant les malades avec "l'huile de saint Joseph", une huile d'olive qui brûle au pied de la statue du saint. Des malades, se présentent à lui, il leur parle de Joseph, les incite à prier et frotte leurs membres endoloris, leurs plaies vives, avec l'huile. Une seule idée l'anime: faire connaître saint Joseph.

Il a de la difficulté à faire accepter son projet de construction. Ce seront des laïques qui financeront son projet de sanctuaire sur la montagne. Les religieux de la communauté finiront par le nommer gardien de l'oratoire. Il recevra des milliers de visiteurs qu'il encouragera à prier et qu'il guérira, toujours au nom de saint Joseph. Jusqu'à sa mort en 1937, il a alors 91 ans, il dira n'être rien.

L'Oratoire Saint-Joseph n'a plus rien de l'humble chapelle. Il est devenu le lieu de culte le plus important au monde dédié à saint Joseph. Des milliers de pélerins venus des quatre coins de la planète viennent sur le mont Royal et s'informe de l'histoire de l'humble frère André.

Archives

Accueil