par Bibiane Grenier


Récits, descriptions, entrevues, anectotes qui racontent des événements, des personnalités, des traditions, des coutumes de l'histoire du Québec.
Cette rubrique n'est pas chronologique. Ces courts textes ont pour but de vous informer succinctement, parfois avec humour mais toujours avec rigueur sur la vie de nos ancêtres.
 


L'été des Indiens




On attribue à l'Été Indien (ou l'Été des Indiens) ces températures exceptionnelles que nous avons eues lors de ce long week-end de l'Action de Grâces.
Les critères:
Une période de chaleur suivant une période de gel;
le temps est généralement ensoleillé;
il n'y a pas ou il y a très peu de précipitations;
les températures diurnes sont plus élevées que la normale;
tout ça dure au moins trois jours.

Mais pourquoi cette appellation "Été des Indiens" ?
 

Ne manquez pas de lire, en archives ,  les autres pages de cette rubrique .
Bibiane


 



D'abord quelques faits établis:
L'été des Indiens désigne une période de beau temps qui nous arrive à l'automne après de premières gelées. Ce phénomène est aléatoire et est propre à l'hémisphère Nord.
C'est au 18e siècle qu'on parle de "l'Indian Summer", d'abord en Pennsylvanie, puis à New York et en Nouvelle-Angleterre. Au Canada, cette expression fera son apparition en 1821 et par la suite en Angleterre vers 1830. Les Québécois ont traduit ce terme littéralement par "Été des Indiens".

Plusieurs hypothèses furent émises quant à l'appellation "des Indiens". J'aime bien cette dernière:

Les Amérindiens espéraient, à chaque année, ce temps doux qui pouvait arriver à l'équinoxe d'automne jusqu'à la mi-novembre environ. Comme ils vivaient, pour la plupart, au jour le jour, ils attendaient toujours à la dernière minute pour aller à la chasse. Comme les températures étaient clémentes, le temps était donc propice au processus de conservation des aliments et du gibier accumulé. Ils profitaient aussi de ces derniers beaux jours pour terminer leurs récoltes, garnir leur wigwam de provisions. On se préparait pour la saison froide.

Les Amérindiens nomades (Montagnais, Abénakis, Algonquins, Malécites...) levaient les camps d'été établis au printemps au bord des rivières ou des lacs, remplissaient leurs canots et remontaient les rivières vers leurs territoires de chasse dans les profondeurs des forêts. Ils y passaient l'hiver faisant la chasse aux grands gibiers.

 

Pour en connaître davantage sur ce sujet, aller à cette adresse:
http://www.meteo.org/bizarre/ete_ind.htm
 

Archives

Accueil