par Bibiane Grenier


Récits, descriptions, entrevues, anectotes qui racontent des événements, des personnalités, des traditions, des coutumes de l'histoire du Québec.
Cette rubrique n'est pas chronologique. Ces courts textes ont pour but de vous informer succinctement, parfois avec humour mais toujours avec rigueur sur la vie de nos ancêtres.
 


Hélène De Champlain


On connaît bien Samuel De Champlain. Après plusieurs voyages d'exploration en Nouvelle-France, il fonda Québec en 1608. Champlain était un géographe et un cartographe de grande renommée. Il est une figure importante dans notre histoire du Canada. Mais qu'en est-il d'Hélène, sa jeune épouse? J'ai voulu en savoir un peu plus à son sujet. Je vous présente le résultat de mes recherches de la façon habituelle, c'est à dire en vous racontant, à ma manière, son histoire.

Ne manquez pas de lire, en archives ,  les autres pages de cette rubrique .

Bibiane


 


Hélène Boullé vit le jour en 1598. Elle épousera, le 29 décembre 1610, à Paris, Samuel de Champlain qui a plus de 40 ans. Elle n'a que 12 ans. Il n'a pas lieu de s'étonner de cette alliance. En effet il était très fréquent à cette époque qu'une si jeune fille épouse un homme beaucoup plus âgé. C'était souvent une alliance entre deux familles plutôt qu'une histoire d'amour. La dot d'Hélène est de 6 000 livres, une somme considérable à cette époque. Cependant, le couple ne touchera que le quart de cette somme. Selon le souhait des parents d'Hélène, le mariage ne devait pas être consommé avant deux ans. Aussi, M. De Champlain retournera à Québec. Il donnera plus tard le nom "ÎLe Ste-Hélène" à une île en l'honneur de sa jeune femme. 

En 1620, Hélène viendra en Nouvelle-France y rejoindre son époux. Jeune et jolie, elle est vite adoptée par les habitants de Québec. Mais Samuel voyage beaucoup, il n'est jamais là. Hélène s'ennuie. Elle apprend l'algonquin et se dévoue  auprès des malades et à l'enseignement des jeunes indiens. Elle n'arrivera jamais à s'adapter à la vie difficile de la nouvelle colonie. La menace iroquoise toujours présente, le climat très difficile, l'ennui lui feront prendre la décision de retourner en France. 

De plus, Hélène, qui a grandi dans la religion réformée, s'est convertie au catholicisme. Elle caresse le rêve de devenir religieuse. 
De retour en France, elle écrit à son époux pour le prier de la délier de ses engagements. Elle confit sa lettre au père Charles Lalemant. Cette lettre a probablement été perdue car on sait que le vaisseau qui amenait le père Lalemant a été attaqué par les Anglais, en début de mai 1628, et que le religieux a été reconduit en Europe. 
Le pieux dessein d'Hélène persiste mais ce ne sera que bien des années plus tard, après la mort de Champlain en 1635, qu'elle se fait religieuse chez les Ursulines de Paris sous le nom de Hélène de Saint-Augustin.

Hélène n'héritera pas de Champlain mais elle a une fortune personnelle qu'elle donne à la communauté des Ursulines pour bâtir un nouveau couvent à Meaux où elle s'installe avec 4 religieuses. Elle y vit 6 ans.

Hélène Boullé, Hélène de Champlain ou Sr Hélène de Saint-Augustin mourra le 20 décembre 1654 à 56 ans.
 
 

Archives

Accueil