titre



À une auteure remarquable, madame Laura Bourque Arsenault pour son bouquin «Brin de vie Brin de poésie» aux Éditions de la Francophonie. Elle est née le 10 février 1914 au Nouveau-Brunswick. Son récit a une saveur acadienne et est plein de sagesse. C'est son frère et son épouse qui m'ont permis de faire cette lecture. Ces gens sont les parents du célèbre joueur d'hockey retraité, Raymond Bourque, des Bruins de Boston.


En voyage, la veille de l’Action de Grâces, deux mille deux,
Des amis m’ont offert un bouquin merveilleux
Que j’ai lu, le lendemain, en quelques heures avant de m’endormir
Et dont je garderai un impressionnant souvenir!

C’est grâce à monsieur Raymond et madame Edna Bourque
Si j’ai pu connaître madame Laura Bourque.
Des Acadiens si accueillants, si charmants,
Que nous avons connus, il y a quelques temps!

À la fin de ma lecture, j’aurais voulu
Remercier l’auteure, mais je n’ai pas pu.
C’est alors que j’ose en toute modestie
Lui offrir un Brin de ma poésie!

Elle m’a fait connaître par ses Brins de vie, la beauté, la grandeur
D’une famille qui a vécu des joies et des malheurs.
Dieu merci, elle s’en est sortie avec éloquence!
Quel courage, madame Laura a eu de suivre sa conscience!

Le quotidien de cette femme qu’est madame Laura
Fut parsemé de bonheur et de tracas!
C’est une sainte à n’en pas douter!
Notre ami Raymond nous l’a signifié.

Quand un petit frère témoigne de cette façon,
C’est qu’il a mille et une raisons
D’être fier d’appartenir à cette famille
Où une véritable étoile scintille!

Sur le chemin du retour, avec mon mari,
Je me remémorais quelques brins de votre vie.
Je lui ai raconté plusieurs moments de votre passé,
Qui, dans ma tête, dans mon cœur, étaient gravés.

Vos enfants, Madame, sont votre récompense!
Ils vous aiment depuis leur enfance
Car de vous , ils ont reçu le meilleur de la Vie
Éternellement, ils sauront vous dire MERCI!

Merci, madame Laura, pour toutes vos belles leçons!
Votre sagesse, votre générosité, votre détermination
Seront pour les vôtres un héritage pour l’Éternité
Et, de tout cœur, je veux vous en féliciter!

Passez des années en santé, madame Laura!
Reposez-vous, vous avez bien mérité ça!
Laissez-vous gâter, laissez-vous dorloter!
Que j’aimerais être proche pour vous choyer!

Il y a trois ans, j’ai perdu ma maman paralysée.
C’est le premier chagrin que, sans elle, j’ai traversé!
Jamais un enfant aimé ne pourra oublier quelle veine
Il a eue de mettre chaque jour sa main dans la sienne!

De vrais témoins comme vous, madame Laura
De plus en plus, il nous en faudra
Afin d’offrir au monde qui nous entoure
Ce qu’il y a de plus nourrissant pour le cœur, l’Amour!

Avec mon affection,
Angèle Brouillette


Illustration de Fabrice de Villeneuve