Titre



Ce que j'ai écrit aujourd'hui est une réflexion qui m'est venue à l'idée,
alors que j'enseignais à des élèves du 3e cycle du primaire à mon école.
Il y a un peu plus de quatre ans, faisant mes premières démarches sur Internet,
un texte plus court m'avait beaucoup impressionnée et je m'en étais inspirée.
Ainsi, pour les vacances d'été qui les amenaient ensuite au secondaire,
j'ai voulu leur laisser une réflexion appropriée à l'adolescence...
Peut-être, la faire lire aussi par leurs parents s'ils voulaient...
Je les adorais, ils le savaient. J'y avais mis tout mon coeur.

Maintenant dégagée de l'école,
je me permets de toucher à certains côtés que j'avais tus.
J'y suis allée sans trop de retenue, cependant avec assez de réalisme, je crois.
Ces années, chacun le sait, les jeunes sont gavés de matériel,
mais trop souvent privés de l'essentiel :
la présence de leurs parents...
Ce n'est pas un blâme, seulement une constatation...
Angèle



J’espère de tout mon coeur, papa, maman
que, malgré mes paroles blessantes et mes gestes débordants,
vous n’abandonnerez jamais le grand enfant que je suis,
car, plus souvent qu’à mon tour, je ne sais plus tout à fait qui je fuis.

Hélas, je vous l’accorde, je ne suis pas toujours sage,
j’ai beaucoup trop souvent des écarts de langage...
Aussi parfois, j’ai recours à des moyens superficiels pour « m’envoyer sur un nuage »...
Essayez malgré tout de voir à quel point, je cherche votre amour dans votre visage !

Respectez mon intimité, je vous prie, car pour moi, c’est de l’or.
C’est là, où je remets à l’ordre les causes de mes cauchemars,
là, où je cherche des solutions stimulantes,
là aussi, où je calme mes colères si troublantes...

Oh, j’ai tellement besoin de vous comme modèles
même si je pense être capable de voler de mes propres ailes...
C’est une période où je veux vivre mes expériences.
C’est ainsi que je remplis mon bagage de connaissances.

Je souhaite sincèrement, chers parents que, durant cette année,
je puisse mettre de la clarté dans mes idées.
Souvent et je le regrette, mais c’est l’influence des camarades
qui m’incite, m’encourage dans des bravades...

J’agis trop souvent avec désinvolture...
Je voudrais déjà me trouver au volant de ma voiture.
Pourtant, je ne suis qu’un adolescent
Qui a tout à apprendre, c’est désolant...

Chers parents, soyez surtout assurés que je vous aime,
mais je veux, avant tout, être capable de m’aimer moi-même.
J’ai tout plein de projets dans ma tête
qui se bousculent, je n’en suis pas tout à fait le maître...

Je crois en ces mots : Indépendance, Liberté, Aventure
Mais parfois, j’ai peur, j’ai besoin qu’on me rassure...
Cependant, n’ayez crainte, car même si j’ai beau feindre l’indifférence,
Je réalise à quel point votre douce présence m’éloigne de la déchéance...

Comme vous, à mon âge, je suis un être en mutation,
bouleversé par toutes ces transformations.
Vous voyez bien que je vis des chaos, des bas et des hauts...
Vous savez, pour mon âge, c’est loin d’être de tout repos.

Pour oublier les choses qui m’embêtent,
souvent, j’écoute la musique à tue-tête.
Quelquefois, j’ose, pour m’empêcher d’étouffer,
Dire des mots qu’un jour, je suis parfaitement sûr de regretter...

Vous savez, ce n’est pas que je veuille absolument vous choquer,
mais quelque chose au fond de moi me dit d’oser.
Ensuite, je trouve la situation tellement embêtante
Que je cherche à me soustraire de façon déconcertante...

Je comprends, chers parents, qu’il vous faut des tonnes de patience !
Ce que je vis à côté de vous, ce n’est pas de l’indifférence,
probablement que ça ne durera qu’un temps
Plus ou moins long, mais par-dessus tout, n’oubliez pas que je vous aime énormément !

Papa, maman, ne désespérez pas, s’il vous plaît !

Votre enfant qui arrivera un jour...  à être grand
Et vous donnera du bonheur très très longtemps...





Création graphique "Bibiane Grenier"
Texte: Angèle Brouillette
Huile: Pierrette Côté
Tous droits réservés © 2005