Bienvenue

Charlie !

Le 3 novembre 2002, notre fils Luc et son épouse Julie nous ont offert le plus beau cadeau qui soit : une petite-fille.
Née prématurément, cette poupée exigea alors des soins particuliers durant plusieurs semaines.

Être grands-parents, c'est vivre une nouvelle étape remplie d'expériences touchantes.

Au début, une vie minuscule s'installe avec précaution
puis, peu de temps après, le nom est inscrit dans le coeur des membres de la famille.

C'est donc aussitôt que la nouvelle nous fut communiquée par Luc
que je me suis mise à l'ordi pour exprimer mes sentiments.

Ce court texte est en fait une infime partie de la communication
que j'ai entreprise avec le bébé, fille ou garçon, que nous attendions fébrilement.
En effet, dès l'annonce de la grossesse,
je me suis engagée à « chuchoter » mes états d'âme presque quotidiennement
afin de créer, dès ce moment, le lien important entre ce petit être et sa grand-maman.
Ignorant s'il verrait le jour, mais confiante,
ne sachant si je serais encore de ce monde à sa naissance...
la vie est si fragile,
je voulais qu'en dehors de ses parents, déjà il se sente désiré, aimé.
On dit que les ondes positives voyagent et rendent heureux...

Tu es née au début de la nuit du 3 novembre.
Un peu tôt, il me semble...
C'est le moment que tu as choisi.
C'est souvent imprévisible, la Vie !

Pour l'instant, tu demeures dans un genre d'incubateur,
car ton petit corps a bien besoin de chaleur !
Maman, elle, va tenter de récupérer
toutes les énergies que, pour toi, elle a dû déployer !

Moi, qui devais normalement, passer la soirée avec maman
aux Grands Explorateurs comme avant,
il faudra que j'y aille seule, bien sûr.
On pourra dire qu'elle nous a joué un tour, la Nature !

En tout cas, ma petite chérie,
je suis satisfaite de ce que je t'ai écrit.
Bien simplement, on a fait connaissance
en gardant notre entourage... dans l'ignorance.

C'était mon secret, petite poupée.
Tu savais que, déjà, tu étais aimée.
Un jour, je pourrai dévoiler aux autres
tout ce qu'on s'est dit avant que tu sois des nôtres.

Tu vas voir combien nous t'aimerons.
Tu seras pour nous, grands-parents, comme un fleuron.
Écoute ! Tu es une grande merveille !
Une personne unique, sans pareille !

Là, où tu reposes enfin,
on te donne des soins, on s'affaire pour ton bien.
Tu ne pourrais trouver mieux.
On reconnaît ton importance, c'est précieux !

Fais dodo, belle poupée !
De mains expertes, tu es entourée.
Profite bien de ces instants.
Tu fais déjà la fierté de tes parents !

 

Avec amour, pour ma Charlie,

De grand-maman, Angèle.

Retour à
Le Coffret d'Angèle

Retour à
Le grenier de Bibiane

 

Création graphique :
Bibiane Grenier