.
Histoires de rire (7)
(Mots d'enfants)

.

Ces répliques savoureuses m'ont été envoyées par M. Christian Talin. Ces mots d'esprit involontaires de jeunes enfants ne manqueront pas de vous faire sourire.
Au début vous trouverez les mots d'esprit  de Sébastien A. (une dizaine d'années). Puis en 2e partie, ceux d'Adrien surtout mais aussi d'autres enfants  à des âges différents.

.


On coupe les branches des arbres car ils ont trop chaud ?



Si quelqu’un prend du 220 volts, est-ce qu’il meurt ?
— Non. Si son corps est étanche, c’est-à-dire non conducteur. Dans l’eau, par exemple, il y a électrocution…
— Tout à l’heure, j’ai pris du 220 volts.
— Tu te demandes si tu es toujours en vie ?!»


Six “terriers” sur dix habitent les milieux tempérés. […] Ils le doivent aussi à leur “capital” […] et à leurs villes “originales”. L’urgus, l’urcus, l’humus… heu, l’ubac est le versant exposé au nord dans le continent nord. »
    (Série de lapsus pour « terriens », « capacité » et « organisées ».)


— Par quel moyen les prisonniers de Fleury-Mérogis se sont-ils évadés ?
— Par la chasse des vécés ?

Les parents ne savent pas ce que veulent leurs enfants. Ainsi ils achètent ce qu’ils trouvent beau. Ma mère, par exemple, a acheté mon premier vélo à Intermarché, ce marchand de légumes ! Ce vélo était de la merde, les deux pédales se sont cassées.

 
Tu as vu les tessons de bouteilles sur les murs ? C’est pour empêcher les soldats de partir. »
(Au sujet des frises au sommet du mur d’enceinte d’une caserne.)

 
Une partie de tennis n’est pas une partie de rigolade. Il faut être sérieux.

 
— Qui est MONTGOLFIER ?
— C’est un Mongol fier de l’être. »

 
En descendant des environs de Grenoble, j’ai entendu sur l’autoroute un bruit. C’est quand tu roules sur des bandes “sonorisantes” .

 
— Mais il ne va m’en rester qu’une. Ma canette de coca va rester toute seule !
— Ce n’est pas un problème. Elle est en compagnie du camembert, à côté.

 
Décrivons les grands personnages de la Révolution, d’abord DALTON.
(Lapsus pour « DANTON ».)

 
Est-ce que les clefs sont le symbole de la liberté ?

 
Est-ce que la police met des caméras dans les feux de circulation ?

 
“This boy is as stupid as his brother” : 2 plus 2 égal 7 ! Et son frère : 2 + 2 = 5 ; il est déjà plus près.

 
Feuillu : arbres à larges feuilles souvent caduques “faisant des cornes” .

 
Quand j’aurai des enfants, je ferai le con, l’idiot avec eux. Je les emmènerai à Forrest Hill… Pourquoi des gens n’aiment-ils pas les enfants ? Alors qu’ils aimaient enfants qu’on les aime ?!

 
Je ne serais pas étonné si nous prenions au piège quelques “satyres” ce soir, parce qu’aujourd’hui c’est l’automne. »
(Lapsus pour « sayres », lecture du Château de ma mère de Marcel PAGNOL.)

 
Les tiques, ça rend l’herbe verte ? Je dis ça comme ça. […] Je suis du Capricorne, c’est le signe de l’amour, de l’argent et de la gloire.

 

— Avant, en Inde, on castrait des enfants pour en faire des eunuques.
— Je n’aurais pas aimé ça.

 
Excalibur, c’est aussi un film de flingage.

 
Comment s’appelle le Romain qui a frappé le fils de JESUS ?

 
— Quelle différence y a-t-il entre un corsaire et un pirate ?
— Le corsaire a un œil en moins. »

 


— Pourquoi ne joues-tu pas au cerf-volant ?
— J’ai peur de m’envoler.
(Réponse d’une petite fille à sa grand-mère, stade municipal)


Des champignons venimeux […] un bébé épuisette […] une sulfureuse […].
(Une jeune fille, série de lapsus dans le train Nîmes-Le Grau-du-Roi, pour « vénéneux », « éprouvettes » et « sulfateuse ».)


Quand je fais des vers comme ça, c’est comme faire des grimaces.
(Un garçonnet poète.)


Ce n’est ni un homme ni une femme, mais un fantôme.


Un ange habillé c’est Dieu.


Mon papa travaille dans le bureau du lapin.
(Un petit garçon, 4 ans.)


En hiver, les moineaux remplacent les feuilles des arbres.


— Es-tu romantique ?
— Juste ce qu’il faut.
    (Un garçon de 13 ans.)


— Qu’aimes-tu chez Juliette ?
— Son balcon.
    (Un garçon de 11 ans.)


Je veux la coiffure de Chaussée-aux-moines *  avec une queue en frisette.
    (Jérémie chez le coiffeur, * en fait coupe au bol, façon Jeanne d’Arc.le 25 mai 1996.)


Voici quelques mots d'Adrien V. :
 
 J’ai un pote en compote.
   (4 ans.)


La pluie, c’est de la neige. C’est le pingouin qui la lance.
    (4 ans ¾.)


J’aimerais être vieux pour ne plus travailler.
    (Adrien ou l’idéal du préretraité de 5 ans ½.)


Je joue du djumbé sur la peau du fromage blanc.


Il y a le Père Noël à côté qui va manger tous les toasts.
    (Le Père Noël en figurine est à côté d’un grand plateau de toasts.)


Je veux un flan aux noyaux.    
    (Au garçon serveur du restaurant pour : « flan aux pruneaux ».)


— Tu aimes les raisins secs ?
— J’aime pas les raisins secs, je les préfère mouillés.
    (Réponse d’Adrien.)


Je voulais l’appeler Maxilase mais on m’a dit que c’était le nom d’un médicament.
    (Cherche à dénommer un chaton, le 17 juillet 2000.)


— Qu’est-ce que tu n’aimes pas dans la vie ?
— Qu’on prenne des photos avec des poteaux électriques au milieu.
    (Réponse d'Adrien.)
 


Si Juliette dort avec Armance et moi avec Étienne, c’est sophistiqué. Il vaut mieux que les frères et sœurs dorment ensemble, c’est la famille !
    (Adrien… sophistiqué ! 7 ans ¾,.)


Chaque fois que Juliette * parle, elle ment. Quand elle se tait, elle dit vrai.
    (* âgée de 6 ans ½, le 28 juillet 2001.)


Une ammonite, c’est avant, quand il y avait les dinosaures, il y avait un insecte qui ressemblait à des phasmes mais très grand. […] On l’a appelé P’tit Mousse : si c’était une femelle, on l’aurait appelé Petite Mousse. *
    (Adrien naturaliste et * au sujet d’un chat au bar.)


Tiens ! Je te prête cette bédé qui me plaît le plus : La fiancée de Lucky Luke. Je l’ai lue hier. Dans ma chambre, je riais tout seul mais pas de la bédé ! Je ne savais pas pourquoi.


Le Père Noël ne passera pas : les rennes sont malades.
    (Se faisant peur la veille de Noël.)


Le Père Noël, c’est un coquin. Mais il a toujours de bonnes idées. […] Amuse-toi bien Éric avec tes petits cadeaux si tu en as. […] Christian est jaloux de mes cadeaux ! *


Je sais que c’est toi qui a mis la pièce de deux euros sous l’oreiller. La petite souris a ton écriture. On ne trompe pas Adrien comme ça.


Il fait son beau. On dirait qu’il va à la messe.


— Des chercheurs de l’université de Stanford viennent de démontrer que manger du poisson deux fois par semaine limite de 80 % les risques cardio-vasculaires.
— Ça veut dire que les poissons n’ont pas de crise cardiaque ?!
    (Interrogation surprise d’Adrien.)


Mes poules ne pondent pas le dimanche.


Je t’ai “gobé”.
    (Lapsus d’Adrien hilare pour « lobé » au tennis.)

 
Il y a un coup aux échecs qui s’appelle le sacré coup au cul.


— Tu as des goûts de luxe, Adrien.
— Je suis un mec luxueux.
    (Réplique d'Adrien.)






 Plusieurs de ces petites perles m'ont été envoyées par des visiteurs du "Grenier de Bibiane". Il est possible que certaines citations proviennent d'autres sites. Si c'est le cas, je m'en excuse.

(1) (2) (3) (4)
(5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12)(13) (14)

Accueil